Notre histoire ...

En 1957, quelques parents et amis d’éclaireurs Unionistes décident de transformer les traditionnelles fêtes de groupe

en véritable spectacle de théâtre payant pour soutenir financièrement les camps des jeunes scouts.

Imaginaient-ils que, plus de 60 ans après, leur création serait toujours vivante et active ?

 

 

Présentation du Groupe Théâtral Unioniste

 

Au début, ce groupe fût entraîné par Maurice EUVRARD et Jean LE BERRE, le libraire du Village. Au fil des représentations annuelles, les spectateurs se firent de plus en plus nombreux, c’est bientôt la passion du théâtre qui va animer le groupe. Les succès croissants vont encourager l’équipe à présenter des spectacles de plus en plus élaborés.

 

En 1970, Claude PERRIN reprit la direction artistique et sût hisser peu à peu la troupe à un niveau quasi professionnel, par le travail avec les acteurs, l’ingéniosité des mises en scène et un choix de pièces varié et ambitieux, notamment « l’Alouette » de Jean ANOUILH en 1975 et « Dialogues des Carmélites » de Georges BERNANOS en 1982.

 

Jean LUIGGI reprit le flambeau en 1985 et assura la continuité du travail accompli par Claude PERRIN. Dans le même esprit, Olivier DRAPIER en 1995 puis Claude RABOURDIN en 2002 leur succédèrent. Didier CODRON, comédien émérite, repris la direction artistique de la troupe en 2010 et assura par le choix des pièces, la distribution des rôles, une mise en scène exigeante et efficace, la grande qualité des spectacles du G.T.U. pendant 10 saisons.

 

En septembre 2019, Paul DUSSAUZE, metteur en scène en formation, accepte de prendre la relève en compagnie de jeunes comédiens issues du conservatoire de Versailles.

 

Fidèle à l’engagement de ses fondateurs et aux statuts de l’association, les membres du Groupe Unioniste sont tous bénévoles : comédiens, techniciens et régisseurs, metteur en scène et scènographe, décorateurs et costumières ou administrateurs, soutenus par un réseau de partenaires locaux.

 

Ce travail d’équipe, produit chaque année depuis plus de 60 ans, un spectacle très abouti, qui nécessite une cinquantaine de répétitions à raison d’une à deux fois par semaine, et d’un dimanche après-midi par mois, puis tous les soirs de la semaine précédant les représentations.

 

Notre répertoire est éclectique : de Labiche à Feydeau, d’Agatha Christie à Robert Thomas, de Félicien Marceau à Obaldia, de Goldoni à Ray Cooney, d’Anouilh à Bernanos, en passant par Vaclav Havel, Grumberg, Bourdet, Dürrenmatt, Barillet-Grédy, Tennessee Williams et bien d’autres.

 

Mais que deviendraient le théâtre, les comédiens et les auteurs, sans le public ?

 

La première préoccupation de notre groupe est de plaire au public et c’est à un théâtre de divertissement et de rires que nous aimons le convier. Même si parfois nous le bousculons par des pièces plus sérieuses. Nous justifions ces choix artistiques en citant deux grands auteurs, l’un sérieux, l’autre moins :

 

« …sans divertissement il n’y a point de joie, avec le divertissement, il n’y a point de tristesse. Et c’est aussi ce qui forme le bonheur des personnes… » Blaise Pascal.

 

« …et c’est une étrange entreprise que celle de faire rire les honnêtes gens… » Molière.